Et dans le détail

photolog

Tous les jours (sauf le mercredi) de 10h à 12h : les cours.
Un duo d’enseignant-e-s pour 26 élèves.
La journée commence par la proposition d’un duo de professeurs (danseurs aguerris curieux de renouveler leur enseignement). Chaque danseur-élève suit tous les matins le même duo de danseurs-enseignants au sein du même groupe d’élèves. L’objectif est de donner la possibilité de mettre en tension les « routines » de chacun dans son enseignement et dans son apprentissage, et de favoriser des mises en tension entre les approches de chacun. Il revient aux professeurs de se mettre d’accord sur leur manière de fonctionner (toujours en duos, solos qui se succèdent). Du point de vue des « élèves », cette confrontation a pour but d’interroger le sens pédagogique des exercices, et de favoriser une transmission qui ne relève pas du « contenu à délivrer », mais plutôt de l’interrogation des formes apprises et des savoirs disponibles : la question porte donc, non seulement sur ce qu’on fait du contact improvisation, mais aussi sur les moyens mis en œuvre pour le transmettre dans le cadre du « cours », qui reste asymétrique.
Tous les jours (sauf le mercredi) de 12h à 14h : les studios ouverts.
Avancer à son rythme selon ses besoins.
Après les cours du matin, les studios restent ouverts. Mais plus aucun contenu ni aucune structure n’y est proposé. Cet espace est laissé vierge pour permettre à chacun de s’approprier ce qui est neuf et ce qui fait sens pour lui, à son rythme et à sa manière : seul, à deux, en groupe, avec des danseurs du même cours ou pas ; en pratiquant un exercice, en jamant, en écrivant, en discutant, en regardant des vidéos, en se promenant, en méditant, en lisant, en dormant…. La seule chose que tout le monde devra penser à faire à un moment ou à un autre sera de déjeuner avant le début des laboratoires.
Un espace bibliothèque-vidéothèque sera tenu ouvert. Vous y trouverez des textes et des vidéos relatifs à la pratique de la danse, du mouvement et du contact improvisation.
Tous les jours de 14h00 à 17h00 : les laboratoires et les pratiques partagées.
Désorientation sensorielle et changements d’environnement pour une exploration collaborative des potentiels du CI en groupe de 15 danseurs
A deux reprises au moins au cours de la semaine, les laboratoires seront invités à pratiquer hors les murs rassurants du studio pour explorer les possibilités offertes par le type d’attention et de mouvements impliqués par le contact improvisation dans d’autres contextes. La piscine, le jardin d’enfant, la rue, les gares, les parcs, les danses verticales (en baudrier d’escalade), seront autant de possibilités qu’il reviendra au groupe de se donner pour rendre vivante et visible la pratique du contact improvisation.
Tous les jours horaires variables (voir ICI ou LA) : les conférences.
Un-e chercheur-euse partage ses savoirs.
Un « intervenant extérieur » (provenant des sciences de la nature ou des sciences sociales) propose une mini-conférence sur un sujet attenant aux pratiques du contact improvisation (hypnose, danses animales, perception du mouvement, écologie, histoire de la danse…).
Tous les jours horaires variables (voir ICI ou LA) : les explorations guidées.
Expérimenter physiquement la pensée de quelqu’un d’autre.
Après un petit quart d’heure de battement, l’intervenant extérieur et un danseur expérimenté proposeront une exploration mouvante du propos de la conférence. La jam débutera à sa suite sans se faire remarquer.

Tous les jours horaires variables (voir ICI ou LA) : les jams.
Tout oublier et tout remettre sur le tapis du studio, sous des contraintes plus ou moins libératrices (jam simple, jam avec musique classique, jam silencieuse, jam aveugle et sourde…).
La jam est la forme par excellence de pratique du contact improvisation, elle est l’occasion d’affiner sa perception de l’espace et sa connaissance de soi par le partage d’un lieu aux données constamment changeantes avec des partenaires souvent inconnus. Un moyen bien connu de renforcer cette expérience est d’y introduire des éléments qui limitent ou informent la perception : silence, bandeau sur les yeux, musique d’un certain type.

__________________________________

 Le mercredi jusqu’à 14h00 : le temps libre.
Se laisser du temps.
Parce qu’il y a plein de gens à découvrir dans ce type de rencontre, parce qu’il y a plein de choses à voir à Paris, parce qu’on n’est pas des machines, la matinée du mercredi est laissée vide de programme.
Jam improvisée dans la ville, discussion autour d’un café, visite d’un musée, grasse matinée, … à vous de voir !


_________________________________

 Les dimanches 12 et 19 juillet toute la journée : jams d’ouverture et de clôture.
Parce qu’on est d’abord là pour danser ensemble, dans la joie de découvrir de nouveaux corps, de nouveaux rythmes, de nouveaux mouvements, il nous a paru important d’ouvrir le magnifique espace du gymnase Japy à l’exploration libre des potentiels, sans introduction, sans autre guide que le mouvement et le partage du sol. La première jam du dimanche 12 juillet commencera à 12h, et sera pleine de l’excitation de trouver ou de retrouver les partenaires d’une semaine. Un premier temps commun aura lieu à 14h30, il sera suivi d’un petit topo sur tout ce que vous devez savoir sur la semaine. La dernière jam du dimanche 19 juillet se déroulera de 9h à 18h : le temps des danses d’adieu, mais aussi des nouveaux départs.

 

 

Le samedi de 10h00 à 13h00 : le bilan.
Boucler la boucle.
Un peu plus de cinq jours bien remplis et la perspective toute proche de la fin de la rencontre, c’est le moment pour laisser émerger ce qui s’est transformé pendant la semaine, ce avec quoi on repart. Ce n’est pas seulement un moment de collecte de choses préexistantes, mais un moment d’émergence et de co-construction du sens de l’expérience vécue et partagée – notamment pendant les laboratoires. Ce processus sera soutenu par une structure facilitatrice.
Et comme on ne possède réellement que ce que l’on peut donner, chaque groupe de laboratoire inventera sa manière propre de partager la trajectoire de ses recherches avec les autres.

 

 

Le samedi après-midi : le partage-performance.
Donner à voir, à percevoir, à penser, à s’émouvoir, à bouger.
Chaque groupe propose sa manière de partager ce qu’il a traversé avec le reste des participants, mais aussi les passants et les badauds, car ce partage se déroulera dans la ville, afin de ne pas enfermer le contact improvisation dans ses studios.
Propositions d’explorations sensibles, lectures de textes, improvisation sur partition, projection de vidéos, performance de groupe, exposition de dessins, parcours guidé, échanges plus intimistes,… Tout est imaginable !

 

Le samedi soir : à inventer ensemble.
Célébrer la semaine passée ensemble.
Selon les envies des uns et des autres, la folie ou la raison du moment, notre soirée s’inventera pour fêter la fin de la rencontre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s